en English

MEDITATION DU JOUR: “Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font” (Luc 23:34)

Aujourd’hui, c’est Vendredi Saint. Certes, beaucoup n’auront pas l’occasion d’assister à un culte avec d’autres dans les locaux de leur église locale ou de prendre la communion dimanche. Pourtant, sommes-nous physiquement et spirituellement préparés pour la Pâque?
Mon frère, ma sœur, comment pouvons-nous nous préparer à célébrer cette fête qui est pour nous, les croyants du Christ, la plus grande fête chrétienne, surtout en ce moment où nous sommes tous confinés dans le monde à cause d’un virus? Nous négligeons très souvent un domaine important qui pourrait nous aider à grandir et à nous préparer à célébrer la Pâque comme le dit la Bible. Avons-nous vraiment fait la paix avec ceux qui nous ont offensés et avons-nous demandé pardon à ceux que nous avons offensés?
Demander pardon, et même recevoir le pardon, n’est pas nécessairement une chose facile. Dans la Parole, Jésus nous donne la clé pour obtenir le pardon dont nous avons tous si désespérément besoin: «Et, lorsque vous êtes debout faisant votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos offenses. Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est dans les cieux ne vous pardonnera pas non plus vos offenses» (Marc 11:25-26). Pardonner aux autres est une condition préalable pour que nous soyons pardonnés par Dieu! Néanmoins, il y a des membres baptisés de l’Église du Christ qui ignorent ou négligent cela. Toutefois, ils vont assister aux services d’adoration, prendront la communion et célébreront la Pâque, tout en refusant obstinément de fraterniser (ou même, dans certains cas extrêmes, de parler) avec leurs frères ou sœurs spirituels, les membres de leur famille ou même un ami à cause d’une insulte ou d’une offense réelle ou imaginaire appart du passé.
Que dit la Bible sur le sort ultime d’un individu qui refuse de se repentir ou de mettre de côté son animosité et son amertume contre un frère ou une sœur, qui se tient devant le Seigneur pour la communion? « Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne. C’est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Que chacun donc s’éprouve soi-même, et qu’ainsi il mange du pain et boive de la coupe; car celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même. C’est pour cela qu’il y a parmi vous beaucoup d’infirmes et de malades, et qu’un grand nombre sont morts. » (1 Corinthiens 11: 26-30). Nous ne devons pas prendre la communion comme si c’est un rituel! Les désaccords et les attitudes de non-repentance provoquent de l’amertume dans le cœur, ce qui corrompt l’âme, le corps et l’esprit. Cela peut aller jusqu’à affecter la santé et peut, prématurément, provoquer la mort comme le dit l’Écriture ci-dessus.
Personne ne peut prétendre être « digne » parce que notre « justice » nous disqualifie. Ainsi, nous avons besoin de la Pâque et du sang de Jésus pour le pardon de nos péchés. Mes amis, c’est le moment où nous devons nous examiner… eh bien, cela devrait être fait tout au long de l’année, mais surtout, nous devrions le faire plus intensément à l’approche de Pâques : « Si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés. Mais quand nous sommes jugés, nous sommes châtiés par le Seigneur, afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde » (1 Corinthiens 11:31-32).
Oui, nous examiner nous-mêmes devrait être un moyen d’évaluer honnêtement tout ce qui est négatif dans notre vie. Nous devons examiner nos œuvres et nos pensées pour nous évaluer et nous repentir de nos péchés. En tant que croyants du Christ, nous ne devons pas nous examiner avec vanité afin de nous justifier; nous devons nous juger selon les critères de la Parole: « Car, si quelqu’un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel, et qui, après s’être regardé, s’en va, et oublie aussitôt quel il était. Mais celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n’étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l’oeuvre, celui-là sera heureux dans son activité. » (Jacques 1:23-25). L’apôtre Paul conseille aux Corinthiens, mais aussi à chacun de nous de faire le point sur sa condition spirituelle: « 5 Examinez-vous vous mêmes, pour savoir si vous êtes dans la foi; éprouvez-vous vous-mêmes. Ne reconnaissez-vous pas que Jésus Christ est en vous? à moins peut-être que vous ne soyez réprouvés. » (2 Corinthiens 13:5).
En effet, nous devons nous examiner et ne pas seulement regarder ceux qui nous ont offensés ou insultés. Christ seul sera leur juge s’ils ne se repentent pas car chacun de nous devra un jour rendre compte au Seigneur. En attendant, le temps de la Pâque devrait nous rappeler ceci : « Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes. S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes » (Romains 12:17-19). Restez bénis au nom de Jésus.